LE CONSEIL DU MOIS
Par Me MANDESSI BELL Evelyne

Vendre votre terrain.
Pour faire quoi ?






Vous avez un terrain (familial, que vous avez acheté vous-même, dont vous avez hérité ...) que vous utilisez ou .que vous n'utilisez pas.

Dans diverses circonstances de la vie, vous pouvez être amené(e) à prendre la décision de le vendre. Réfléchissez bien avant de prendre une telle décision.


IlL S'AGIT D'UN TERRAIN QUE VOUS UTILISEZ ET/OU QUI VOUS APPORTE DES REVENUS DONT VOUS VIVEZ ACTUELLEMENT

Les circonstances positives et favorables pour la vente.

Vous avez un projet qui va générer des revenus plus importants que ceux que vous rapporte actuellement le terrain, et va vous permettre de sécuriser votre avenir et celui des vôtres. Vous n'avez pas de fonds. La vente du terrain pourra vous permettre de "rebondir" de manière durable et stable ? Essayez néanmoins de voir, avant d'adopter cette solution, s'il ne vous est pas plutôt possible d'obtenir un crédit en hypothéquant votre terrain. Si cette solution n'est pas possible, vendez.

A retenir.

1. L'option vente ne doit être retenue que si les revenus attendus du projet seront effectivement et réellement au moins aussi importants et stables que ceux actuels, sinon plus.

2. Tant que vous n'avez pas de projet spécifique, abstenez-vous totalement de vendre. Ne vous dites jamais : "je vais d'abord vendre, ensuite, je vais voir". Avant que vous ayez "le temps de voir", l'argent sera fini et vous allez vous retrouver privé(e) d'une source de revenus, d'un terrain et ... également privé de projet ! Bienvenue alors dans la planète "problèmes" ...

Les circonstances défavorables pour la vente.

Il y a globalement deux types de circonstances défavorables : l'absence de projet et les cas de détresse.

Vous n'avez pas de projet du tout, ou pas de projet spécifique

Si vous n'avez pas de projet du tout, ou qu'il s'agit seulement d'un vague projet, abstenez-vous absolument d'envisager la vente du terrain (voir remarque ci-dessus). Préférez une solution de type bail emphytéotique par laquelle vous permettez à quelqu'un ou à une société, de construire et de vous verser un loyer. Vous récupèrerez la construction à la fin du bail.

L'expérience et des enquêtes prouvent que 9 personnes sur 10 qui vendent un bien immobilier sans projet se retrouvent dans l'année qui suit (souvent même dans les six mois) dans de graves problèmes les faisant tomber sous le seuil de pauvreté.

En effet, 99% de cet argent est englouti dans des dépenses de consommation et de "compensation". Le vendeur se compote en "nouveau riche" : "enfin, lui aussi" a de l'argent et il faut qu'il le montre. Il s'engage donc dans des dépenses de consommation effrénées, encouragé par tous les pique-assiettes qui sortent de partout et se précipitent tourà tour chez lui pour lui dire qu'il est le plus beau, le plus ..., le plus ... Avant que l'étourdi n'ait le temps de se rendre compte et de se réveiller de ce conte de fée où il était "la vedette", il n'aura plus un franc en poche et bien évidemment tous les beaux parleurs et pique-asiettes auront disparu... Plus d'intérêt, plus d'action.

S'il était dans un situation précaire qui l'a poussé à vendre pour "enfin être bien", il retournera à la case de départ "pauvreté", et pour longtemps, car il n'aura plus rien en main ... Il viendra grossir les statisques des organisme internationaux sur la question.

Si l'infortuné avait une situation à peu près stable "avant" , l'atterrissage après ce bref intermède de vedettariat sera d'autant plus dur qu'après avoir joué au nouveau riche, il lui faudra peut-être se présenter tous les midis, fort opportunément avant l'heure du repas chez les uns et les autres, pour s'assurer un repas.


Cas de détresse (décès, deuil ...)

Vous êtes dans une situation de deuil, de maladie survenue bien évidemment subitement et qui vous surprend donc. Bien souvent, si le terrain est le seul bien que vous pouvez mobiliser , vous n'aurez pas d'autre alternative que la vente. Dans ce cas, essayez néanmoins avant la solution de l'ypothèque. Si par contre le terrain n'est pas le seul bien que vous possédez et que la valeur de tous les autres biens est égale ou supérieure à celle du terrain, vendez plutôt ces biens et conservez votre terrain (gardez "une poire pour la soif"). S'il s'agit d'un cas de maladie, après le rétablissement de la situation, il vous restera une valeur sûre pour "voir venir".

IlL S'AGIT D'UN TERRAIN QUE VOUS N'UTILISEZ PAS ET QUI NE VOUS APPORTE PAS DE REVENUS ACTUELLEMENT


Ce n'est pas une raison pour automatiquement le vendre. Un dicton camerounais dit : "le terrain ne pourrit pas". Peut-être en existe-t-il également un semblable chez vous.

S'il vous ne l'utilisez pas actuellement et qu'il ne vous rapporte rien, peut-être est-ce parce que vous n'avez pas véritablement réfléchi à ce que vous pouviez en faire. Ne brûlez donc pas les étapes. Commencez par réfléchir. Si vous n'arrivez pas à vous décider sur un projet précis, la solution du bail emphytéotique sera peut-être celle qui vous conviendra si le terrain est nu ou pas totalement occupé. Vous récupèrerez la construction plus tard, vous assurerez un revenu (éventuellement complémentaire si vous en avez déjà suffisament ...) et ce terrain demeurant dans votre patrimoine, vos enfants auront la chance de rester avec quelque chose en mains lorsque vous ne serez plus là.

Dans le cas extrême où vous ne comptez jamais rien faire de ce terrain, (peut-être parce qu'il est trop loin de votre centre d'activité ou autre raison), deux options vous restent :

. s'il ne vous est d'aucune utilité, il pourra peut-être convenir à quelqu'un d'autre. Voyez donc si vous pouvez l'échanger avec quelqu'un qui serait intéressé et qui aurait un terrain aikkeurs susceptible de vous intéresser à votre tour.

. En toute dernière hypothèse, vendez-le;




La grille à remplr absolument avant de vendre votre terrain


J'envisage de vendre mon terrain. Avant de prendre la décision, j'analyse "à froid" les avantages et inconvénients de cette vente


CE QUE JE VAIS FAIRE AVEC CET ARGENT


CE QUI SE PASSERA LORSQUE CE TERRAIN NE SERA PLUS LA

JE FAIS LE POINT OBJECTIVEMENT
Lister ici tout ce que vous allez pouvoir faire avec cet argent que vous n'avez pas encore dans vos mains (n'hésitez pas à prendre un calculatrice pour ne pas faire des "calculs virtuels")





Lorsque ce terrain ne sera plus là, que se passera-t-il ? Voyez tous ces aspects.

Si par exemple vous y habitez, où irez-vous habiter (solution durable). Quel est le montant du loyer ? Pendant combien de temps pourrez-vous le payer ? => calculatrice pour éviter les faux calculs qui vont vous mettre dans une situation de "SDF " (sans domicile fixe) et de peser sur les autres après 6 ou 9 mois.



Ce "point" vous permettra au besoin de "rectifier le tir", d'améliorer votre projet de vente, de reporter ce projet ou peut-être même d'y renoncer.

Pour vous aider à rester objectif(ve), partagez votre réflexion avec une personne de confiance (ami(e), parent) dont vous solliciterez l'avis.


Votre Ange Gardien.





L'Annuaire des Professionnels du Foncier & de l'Immobilier en zone Ohada
Législation foncière et domaniale de base des pays de la zone Ohada en ligne
Les produits et services du site
Agenda
Parole d'expert
Le conseil du mois
Liens et adresses utiles
Retour à l'entrée du site
2009 - © Camimo. Tous droits réservés